Ce père de famille de 52 ans avait souffert lui et sa famille, des effets secondaires du Requip. Ce médicament est destiné à stimuler la dopamine. Le tribunal de Nantes avait considéré lors de son jugement, que le médicament portait le caractère défectueux, faute d'avoir signaler tous ses effets secondaires sur la notice.

Le laboratoire GSK, a fait depuis appel, l'affaire a été replaidée à Rennes, pendant 2 h 30. La décision de la cour sera rendu le 28 novembre prochain.