Les personnes qui se sont faites injecter ces stéroïdes contaminés, à la moelle épinière, entre juillet et septembre pour soigner leurs douleurs de dos, sont sujets à cette variante fatale de la méningite.

Cette méningite bien qu'elle soit mortelle, elle n'est pas contagieuse, ses symptômes ressemblent à ceux d'une simple grippe dans un premier temps: fièvre et courbatures. Les autres symptômes, plus alarmants, sont des douleurs de dos, une raideur de la nuque, une sensibilité à la lumière et une rougeur ou gonflement à l'endroit de la péridurale.

L'Agence américaine du médicament (FDA), s'est lancée dans une course contre la montre pour prévenir les patients traités et les professionnels de la santé pour faire face à cette épidémie, car même si cette infection, plutôt rare, est traitable par des antifongiques à haute dose en intraveineuse, elle s'attaque à la membrane enveloppant le système nerveux et passe presque inaperçue jusqu'à ce que cela soit trop tard.

Ces stéroïdes contaminés, provenaient du laboratoire New England Compounding Center of Framingham dans l'Etat du Massachusetts. Le laboratoire n'a pas manqué de rappeler 17.676 doses de stéroïdes soupçonnées de contamination.

Le laboratoire Framingham, a déjà eu des antécédents en 2004. En effet, la mort d'un homme de 83 ans suite à une méningite d'un autre type a été provoquée par une injection dudit laboratoire.